Achats discount pampers online
Déclenchement artificiel de l’accouchement
11 juillet 2016
Pampers premium care
Les accouchements rapides ou lents
19 août 2016

La jaunisse bébé

Soldes couches pampers

Chacun sait que le nouveau-né présente souvent, dans 20 % des cas environ quand il est à terme, un peu plus fréquemment s’il est prématuré, une jaunisse que les médecins appellent « ictère physiologique ». Ictère est le nom médical donné à la jaunisse. Physiologique veut dire que cet ictère est en quelque sorte normal.

Au bout de quarante-huit heures de vie apparaît une jaunisse qui peut rester très légère, teintant le blanc de l’œil, colorant les téguments. Elle mérite alors une surveillance, d’abord par apprécia­tion à travers la peau, puis par des dosages sanguins de la bilirubine, c’est-à-dire du pigment dont la présence dans le sang caractérise la jaunisse. A taux trop élevé, ce pigment est dangereux, car il fait courir des risques au système nerveux en se déposant dans certaines zones électives dont il altère le fonctionnement.

Cela explique la surveillance très attentive exercée sur les jaunisses des nouveau-nés.

Les dosages répétés sont effectués, soit par les laboratoires d’hôpi­taux, soit, en particulier dans la région parisienne, par les laboratoires du centre d’hémobiologie périnatale, qui centralisent les renseignements afin de décider d’une thérapeutique éventuelle.

Cette surveillance est encore plus attentive chez le prématuré ou si l’ictère relève d’une autre cause.

La jaunisse banale apparaît au 2e ou 3e jour, augmente jusqu’au 4e et 5e jour de façon lente puis diminue progressivement pour disparaître au maximum en une à deux semaines. L’allaitement maternel peut en augmenter la durée, sans aucune conséquence. Elle ne retentit pas sur la santé générale du bébé, n’affecte en rien le fonctionnement ultérieur du foie.

Les risques sont quasiment nuls chez le bébé à terme et la photothérapie même n’est pas toujours nécessaire. Cependant une jaunisse importante peut entraîner une anémie retardée vers l’âge de six semaines ou deux mois et nécessite un contrôle de la formule sanguine du nouveau-né.

Les mécanismes en sont simples et bien compris. Le bébé vient au monde avec un nombre de globules rouges important. Dans l’orga­nisme mature la destruction régulière de ces derniers entraîne la libération de l’hémoglobine qui est transformée, par action enzymati­que du foie, en bilirubine en particulier, éliminée normalement par la bile et, de là, par les selles, leur donnant leur coloration.

Chez le nouveau-né, lorsque les systèmes enzymatiques ne sont pas encore bien mis en place du fait de l’immaturité générale, le foie n’arrive pas à faire face à l’afflux d’hémoglobine et une certaine quantité de bilirubine, incomplètement dégradée, se déverse dans le sang, au lieu d’aller dans la bile, entraînant ainsi la jaunisse.

Le traitement, lorsqu’il est nécessaire, ce qui est rare, fait appel par ordre d’importance croissante, à la photothérapie, aux perfusions d’albumine, à l’exsanguino-transfusion.

A l’inverse toute jaunisse débutant chez le nouveau-né dans les vingt-quatre permières heures a peu de chance d’être un ictère physiologique; c’est un problème à envisager d’urgence car il peut s’agir d’une infection néonatale, d’une incompatibilité fœto-mater- nelle.

En dehors de ces causes nécessitant une prise en charge thérapeuti­que rapide, toute jaunisse se prolongeant, pourra faire envisager un ictère bénin au lait de mère si le bébé est allaité, ou plus rarement, une hépatite, une anomalie des voies biliaires, une maladie métabolique, problèmes sérieux de traitement difficile.

L’ictère physiologique sans gravité reste de loin le cas le plus fréquent.

Recevez gratuitement par email des infos sur les soldes couches pampers de nos partenaires il suffit d’entrer votre adresse mail dans le formulaire de la page d’accueil.

Vous aimerez aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *